Henri Colin

Henri Colin (1860-1930) a créé un service pour les aliénés difficiles et dangereux à Villejuif en 1902. Il en assure la direction jusqu’en 1922.

Henri Colin est né à Paris le 22 septembre 1860 mais c'est en Angleterre, où son père avait trouvé refuge en 1871 pour des raisons politiques, qu'il fait ses humanités avant de pouvoir commencer ses études de médecine à Paris. Externe de Charcot, qui préfacera sa thèse sur l'État mental des hystériques (1890), il collabore avec Jean-Baptiste Charcot à la rédaction des Leçons du mardi avant d'être nommé à l'internat des Asiles de la Seine en 1887. C'est ensuite l'adjuvat et en 1894 la direction de l'asile d'aliénés criminels du Gaillon (Eure). Médecin-chef des Asiles de la Seine en 1901, il est en charge d'organiser à Villejuif un service pour les aliénés difficiles et dangereux. Il en assurera la direction jusqu'à sa nomination à la tête du service des admissions de Sainte-Anne, où il succède à Marcel Briand en 1922. Pendant la guerre il avait installé à Villejuif un service spécial destiné à recevoir des militaires atteints de troubles mentaux. Admis à la retraite en 1925, il meurt le 19 octobre 1930.

Le nom d'Henri Colin est resté attaché avant tout à ses travaux sur les aliénés criminels. Les deux volumes qu'avec son collègue d'internat Florentin Pactet, médecin à Villejuif lui aussi, il consacre aux Aliénés dans les prisons et aux Aliénés devant la justice ont été des classiques. Il fera une nouvelle mise au point de la question dans l'article du Traité de pathologie médicale de Sergent consacré aux "Aliénés délinquants et criminels" (1926). Citons encore l'important rapport sur Les asiles de sûreté adressé en 1910 au préfet de la Seine et le long article consacré en 1912 dans les Annales médico-psychologiques au "Quartier de sûreté de Villejuif" qui porte maintenant son nom.

Qui sommes-nous ?

Le groupe hospitalier Paul Guiraud (deux sites distincts, Villejuif et Clamart) assure une mission de service public en psychiatrie adulte dans 11 secteurs de psychiatrie générale (5 se situent dans le Val-de-Marne et 6 dans les Hauts-de-Seine) qui desservent plus de 920 000 habitants, répartis sur 30 communes.
Il est l’un des trois hôpitaux psychiatriques les plus importants de France. Près de 21 000 patients y sont traités chaque année dont 80% en extrahospitalier. Il dispose pour cela de 32 unités de soins intra hospitalières et de 55 structures extrahospitalières. S’y ajoutent des unités pour malades difficiles (UMD) (69 lits), un service médico-psychologique régional (SMPR) à la prison de Fresnes (43 lits), un pôle addiction dont le CSAPA Liberté, une fédération de thérapies familiales, une fédération de spécialités médicales (pour les soins somatiques). 
Deux  instituts de formation sont rattachés au groupe hospitalier Paul Guiraud: un pour les infirmiers (I.F.S.I.) et un pour les aides-soignants (I.F.A.S.).

Le droit des patients

La loi du 4 mars 2002 dite loi Kouchner précise les relations entre les patients et les professionnels de santé. Elle intègre également la qualité du système de santé.

Chartes

La recherche

Le groupe hospitalier Paul Guiraud a un laboratoire de recherche en interne et collabore avec plusieurs centres à l'extérieur. Il développe aujourd'hui plusieurs thèmes.

En savoir plus

Offres d'emploi

2000 professionnels hospitaliers concourent à la prise en charge des patients hospitalisés et traités en soins ambulatoires.

Pour assurer la continuité des soins, PGV recrute :

Administratifs

Adjoint administratif - Secrétaire
Adjoint administratif pour le service des admissions - Service administratif et juridique de la patientèle
Adjoint des cadres pour le service des admissions
Assistant socio-éducatif - UHSA

Médico-techniques

Agent de bionettoyage
Masseur kinésithérapeute

Soignants

Infirmier hygiéniste

Techniques

Encadrant production alimentaire (patients et personnels)
Groupe hospitalier Paul Guiraud (GHPG) – 54, avenue de la République BP 20065 94806 Villejuif Cedex